Nuit de la Peur@la Halle Tony Garnier, Festival Lumière, 17.10.15, Lyon

C’est assez miraculeux, ça fait pas encore un mois que l’évènement est passé et je suis DEJA en train de faire un article. Ouais enfin j’ai commencé à écrire on va pas s’emballer non plus. 1ère sur l’actu !

Je disais donc que cette année et pour la 1ère fois de ma vie j’ai participé à une manifestation organisée par le Festival Lumière, ce festival annuel du cinéma puisque chacun le sait, Lyon est la ville des frères Lumière qui ont inventé le cinéma. Ca fait pourtant quelques années que j’habite là mais j’avais jamais mesuré la portée du festival (on décernait quand même le prix Lumière à Scorcese cette année, après l’avoir donné à Tarantino, Eastwood, Almodovar, bref une affaire qui roule et qui donne un bon coup de projo sur la ville pendant une semaine). Du coup cette fois, quand j’ai su qu’ils organisaient une nuit de la peur je me suis dit banco ! Le principe : une nuit à regarder des films d’horreur dans une Halle Tony Garnier remplie. Au programme :

-The Thing, de John Carpenter, 1982

-La nuit des morts vivants de George A Romero, 1968

-Insidious de James Wan, 2010

-Evil Dead, de Sam Raimi, 1981

Je n’en ai vu aucun (je sais c’est honteux) et je me fais pipi dessus à l’idée de voir Insidious.

Arrivées à 19h45 pour une soirée qui commençait à 21h et se terminerait le lendemain au petit jour, on a choisi nos places sur l’estrade en plein milieu et on a vite vu qu’à la Halle (1ère fois où je m’y asseyais), on s’assied sur des chaises de merde. J’avais déjà très mal au dos, la nuit allait être longue ! Dans les semaines avant on avait appris que l’invité d’honneur n’était autre qu’Alain Chabat, avec un hommage à ses films et des apparitions sur scène entre les films. Chabat quoi, je ne POUVAIS PAS le rater. J’ai quand même vu arriver…euh…un mec qui ressemblait à Einstein mais qui était donc Chabat (j’espère vraiment qu’il est en train de tourner parce que comme le dirait Cristina « mon chéri ça va pas DI tout ! »). Thierry Frémaux nous le présente et on a une vidéo hommage avec la Cité de la Peur, Didier, le Goût des autres, etc, tous ovationnés (ça aurait eu de la gueule de finir la nuit avec la cité de la peur sérieux, on connaissait toutes les répliques par cœur). Ensuite on est passés à ce qui nous amenait ici : l’envie d’avoir peur.

Et on est partis pour The Thing, un film « pré-écrans verts » donc sans effets spéciaux avec des vraies bêtes fabriquées et articulées. Le pitch : une forme de vie extraterrestre métamorphe, qui infiltre une station de recherche scientifique norvégienne du continent Austral et tue l’équipe de recherche. Une équipe de chercheurs américains à proximité de l’incident (dont Kurt Russel)  mène l’enquête et est à son tour attaquée par la créature. Avec notre recul et les films qu’on a vus depuis, c’est sûr que c’était pas le film le plus flippant de toute ma vie (Helloooo The Conjuring et REC !), mais l’histoire est vraiment bien foutue, la tension est de plus en plus forte entre les membres de l’équipe dans la mesure où la créature est capable de prendre la forme de tout être vivant. Dont eux. Forcément ça finit pas super bien mais si vous êtes fans de films d’horreur vous n’êtes pas comme moi et vous l’avez déjà vu.

22h30, j’ai déjà envie de dormir et on en est qu’au quart. Tout va bien.

23h, hommage au regretté Wes Craven, avec principalement pour moi Scream, toute mon adolescence. Et puis on attaque La Nuit des Morts Vivants. 1h20 qui en vaut au moins 4. Film en noir et blanc avec très peu de budget (ce qui en fait un des films indépendants les plus rentables de l’histoire du cinéma. Et c’est ni dans le casting ni le scenario qu’ils ont mis l’argent). C’est vrai que voir un film d’horreur sans budget qui a 50 ans avec une actrice « principale » blonde qui a un QI d’huître ou qui joue très bien la cruchasse et un noir qui se tape tout le travail c’est pas très attirant aujourd’hui. Malgré tout j’ai bien aimé la fin, même si certains diront « tout ça pour ça » (oui la vie c’est de la merde il faut vous habituer les gens). Faut dire aussi qu’on avait tellement hâte de finir ce film pour enfin commencer le suivant.

00H30, fin du film, on va acheter des bonbons parce qu’on est bêtes et qu’on a pas pris de recharge de bouffe. Pour rester éveillé toute une nuit c’était une idée brillante.

1h, Insidious démarre. Quelques fous vont se coucher (un dortoir derrière l’écran pour ceux qui veulent se reposer a été mis en place. Mais c’est pas pendant Insidious que tu vas pioncer merde !). Je commence à flipper rien qu’au générique et j’ai TELLEMENT mal aux fesses et au dos ! Le film tient toutes ses promesses, il est effrayant parce qu’il est pas gore, tout est suggéré et en même temps il y a pas juste un bruit et en fait rien, il se passe vraiment des choses, et des choses qui mériteraient que tu portes une Téna. La salle a sursauté à l’unisson (oui c’est possible) plusieurs fois, c’était vraiment un moment cool (et terrifiant) à vivre, surtout qu’au cinoche tu peux quand même te planquer si t’as peur mais sur des sièges en bois t’as déjà mis tous tes manteaux sous tes fesses et t’as plus rien derrière quoi te planquer. Et pour finir sur ce film, un big up à Rose Byrnes (Coucou Schum !) qui a une telle classe, j’ai un énorme gay crush pour elle, « everything about you is how I wanna be ».

Après ce film, les heures dont je me rappelle deviennent un peu floues, je sais juste qu’on est en plein milieu de la nuit et qu’il est l’heure du film culte Evil Dead. Pour ceux qui ne l’auraient pas vu : Un groupe d’amis part en vacances dans une maison perdue dans la forêt (Normal). Peu après leur arrivée, ils constatent quelques phénomènes étranges qui vont les amener dans la cave sombre de la maison (normal aussi. Et puis t’y vas en plus, tu te casses pas en courant). Ils y découvrent un livre et un magnétophone. L’enregistrement contenu dans le magnétophone leur révèle que cette maison était celle d’un archéologue qui s’était retiré ici pour étudier le livre intitulé Le Livre des Morts, ou Necronomicon. Relié en peau humaine (MIAM) et écrit avec du sang humain (re MIAM), le Necronomicon contient des incantations permettant de réveiller les esprits maléfiques en sommeil. Le groupe décide d’écouter la suite de l’enregistrement (éteins bordel MAIS ETEINS !!), les incantations prononcées par l’archéologue finissent par réveiller d’antiques forces maléfiques. Le cauchemar commence alors pour la bande d’amis. Bon alors on va pas se mentir moi je suis une grosse flipette et y a quand même un ou deux moments dans la forêt où j’étais pas fière. Mais globalement, l’ancienneté du film et le cheap qui va avec font plutôt de ça un film d’horreur comique, quand les 2 nanas deviennent folles et qu’on en enferme une dans la cave et que l’autre avec ses yeux qui tournent dans ses orbites s’enfonce un crayon dans la petite boule du pied, ça fait mal pour elle mais ça fait plutôt rire. Et puis elles sont quand même particulièrement connes, comme dans la majorité des films d’horreur. J’ai bien kiffé la fin aussi, je sais qu’il y a des suites mais qu’elles sont pas top, je pense que je me concentrerai plutôt sur les suites d’Insidious. Si j’ose.

6h du matin, les films sont terminés, je crois que Thierry Frémaux nous dit au revoir et la Halle se vide. On nous offre le petit dej pour nous remettre de nos émotions (un café ou un jus d’orange, un pain au chocolat et une pom’ pote) et on reprend la voiture, le dos et les fesses courbatus. A 6h15 on est chez nous et je m’effondre sur mon lit pour me réveiller à 14h30. Une journée très productive et douloureuse suivra.

En bref une super nuit, une ambiance sympa, des films que j’avais pas vus donc forcément attirants pour moi, ceci dit je reconnais qu’ils sont tellement cultes que pas mal de gens ont du ne pas y aller parce qu’ils avaient déjà tout vu et qu’ils voulaient pas payer 15€. L’an prochain si Matt Bellamy le veut et que je suis encore là, je ferai attention au programme des Lumière, et j’amènerai un gros coussin pour mes fesses.

Lulu

Publicités

A propos Lulu

J'aime : Lyon la musique mes sistas mes camarades de culture le Nutella et l'Ovomaltine Crunchy la rebel tooth de Matt Bellamy les expos d'art contemporain parce qu'on rigole bien les éditions "pour les nuls" préparer mes voyages le thermomix de ma maman J'aime pas : Avoir les cheveux mouillés me lever le matin pour aller au taff que Facebook s'estime propriétaire de moi Etre malade les cruches les imprimés léopard et les jupes en sky
Cet article, publié dans Cinéma, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Je suis sure que tu as quelque chose d'intéressant à dire :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s