J’ai testé pour vous : Festival International Quais du Polar, 27 au 29 Mars 2015, Lyon

Ca fait des années que tous les ans je me dis « bon allez cette année tu vas aux Quais du Polar ». Et ça fait des années que tous les ans, je n’y vais pas. Cette année, une copine qui y va tous les ans, elle, m’a proposé de l’accompagner et comme je suis pas hyper overbookée je me suis dit que c’était enfin l’occasion de voir de plus près.

Pour ceux qui ne connaissent pas (si vous n’êtes pas lyonnais ou pas fan de polars vous êtes excusé. Sinon, honte sur vous.), pendant 3 jours Lyon se transforme en polar géant. Quote directe de Wiki qui l’explique mieux que moi : le festival propose une programmation autour de la littérature, du cinéma, et de toutes les formes d’art et de culture qui s’intéressent au genre « noir » : la présence d’une cinquantaine d’invités de renom venus du monde entier, un salon du livre, les conférences et débats, des projections de films, des jeux et enquêtes, du théâtre, des concerts, des visites thématiques, des expositions inédites…

Pour ma 1ère fois, j’ai testé 3 activités totalement différentes. Voilà ce que ça a donné.

1) Le prix SNCF du Polar catégorie court métrage

Tous les ans, la SNCF remet un prix du polar dans différentes catégories : roman, BD et court métrage. Vendredi 27 Mars je me suis donc retrouvée à l’amphithéâtre de l’Opéra pour visionner 6 courts métrages de nationalités différentes et les noter, de 1 à 5 étoiles. Au programme : Carjack de Jeremiah Jones (USA), Safe de Byoung-Gon Moon (Corée du Sud), A Court de Nadav Shlomo Giladi (Israël) (dont je n’arrive même pas à trouver de bande annonce), Vos Violences d’Antoine Raimbaudt (France), Locked Up de Bugsy Riverbank Steel (UK) et Death by Omelette de Greg Emetaz (USA). Mes 5 étoiles sont allées à Carjack, Locked up et il me semble Vos Violences. Death by Omelette en a eu 4, 3 pour A Court et 2 pour Safe. Je vous laisse juger par vous même, pour ceux que j’ai réussi à trouver du moins. Gros coup de coeur pour Locked Up avec cet humour dont seuls les britanniques ont le secret.

2) Conférence : « Le Graal des séries : les nouvelles cartes de l’adaptation »

Samedi matin, direction re l’amphithéâtre de l’Opéra pour assister à une conférence sur l’adaptation des polars en séries télé, et ce que ça entraîne : la participation ou non de l’auteur au projet et à quel degré. Pour discuter du sujet, on avait pas moins que Michael Connelly s’il vous plait, dont les livres sont en train d’être adaptés dans une série qui s’appelle Bosch, du nom du héros de ses livres. Une auteure suédoise l’accompagnait, Viveca Sten, dont les romans sont adaptés dans une série, « Meurtres à Sandhamn ». Bref une conférence sur des polars et des séries, que rêver de mieux ? Surtout qu’à la fin on a pu découvrir quelques minutes de Bosch et ça fait envie (ça donne aussi envie de lire Connelly, même si je l’ai pas trouvé hyper agréable. L’américain quoi. Contrairement à Viveca Sten soit dit en passant. Je pense que je lirai un de ses bouquins pour voir). On pouvait aussi voir 2 épisodes de Meurtres à Sandhamn mais on avait pas le temps donc on est partis pour l’étape suivante.

a modifier (1) A modifier (2)

3) Les dédicaces

Pendant les Quais du Polar, la CCI de Lyon (le chouette bâtiment avec le jardin devant quand vous sortez du métro Cordeliers. C’est bon vous situez ?) se transforme en librairie géante avec des stands et les derniers bouquins des auteurs invités aux conférences. Ces auteurs sont aussi là pour faire dédicacer leurs bouquins. Cette année, on a eu la chance d’avoir Michael Connelly donc, John Grisham, Elizabeth George, Virginie Despentes, Michel Bussi, et puis pour moi surtout…Maxime Chattam. J’avais donc amené un de mes bouquins de lui, l’Âme du Mal. Je m’étais pointée 1h avant le début de la dédicace parce que je savais qu’il y aurait du monde. Du monde ? SANS. DECONNER. J’arrive devant le stand et quelques personnes attendent. « C’est là le début de la file pour Chattam ? » « Ah non, la file continue derrière cette porte ». Je pousse la porte et là. 150 personnes devant moi. Et il arrive dans une heure. Il est 13h20, l’après midi va être long. Très long. 3h40 exactement. J’arrive ENFIN devant M’sieur Chattam à 17h et lui tends mon livre comme une gamine de 14 ans, il me demande mon prénom, fait sa dédicace et je lui dis « merci pour les cauchemars, passés et à venir ». Il rigole et me dit « Mais avec le plus grand plaisir ! » Je lui souhaite bon courage pour les 300 personnes qui attendent encore derrière moi et je m’en vais avec mon livre dédicacé.

a modifier (3) a modifier (4)

(Dédicace de MON livre. Photos même pas prises par moi même car trop tremblante rapport à la fatigue et mes médocs)

C’est dans ces moments là que je me dis que je peux pas rencontrer Muse, on dit quoi à des gens dont on est fan qu’ils aient pas déjà entendu mille fois ? Comment on fait pour pas passer pour une groupie en rougissant en tendant son bouquin ou son CD ? Bref j’étais toute contente (et fatiguée), et puis j’avais pu faire dédicacer un livre de Michel Bussi pour ma soeur et son futur bébé donc je suis rentrée chez moi le coeur léger et les jambes lourdes et je me suis effondrée sur le canapé pour le reste de la soirée. J’ai entendu le lendemain que tout le monde n’avait pas pu avoir sa dédicace de Chattam mais qu’il était venu dans la file d’attente pour en signer. Et en plus c’est un mec bien.

a modifier (5)

Le lendemain, ma soeur et moi avions une mission : ma maman est une fanatique d’Elizabeth George et elle dédicaçait, il fallait donc y retourner. Comme elle est assez connue je me suis dit qu’on allait encore y passer la journée donc on s’est pointées 1h en avance et cette fois, miracle, on était 6èmes dans la file. On a pu faire dédicacer un joli « For Maria » et même passer chez Nicci French en 5 minutes pour un autre « Pour Maria ». J’ai même eu le temps de m’acheter la merveille ci dessous et à 12h30 on avait fini notre journée.

Chaque histoire est inspirée d’un des titres de London Calling et j’ai hâte de lire ça.

Bref tout ça pour dire que pour un fan de polar, c’est un passage obligé. Tous ces livres sur les tables, qui font tous envie, tous ces auteurs qui ont plein de choses à dire, ces projections, bref c’est vraiment un festival qui vaut le détour et qui attire ENORMEMENT de monde (70 000 personnes cette année et 30 000 livres vendus). Ah oui et je vous ai pas dit. Mais tout ça, c’est gratuit. A part les livres hein, poussez pas le bouchon non plus. L’an prochain j’emmène ma môman et je prie pour la présence de Jean Christophe Grangé.

Moi qui lisais pas beaucoup en ce moment (j’en ai plein à lire et comme on dit en Bresse je sais pas par quel bout y empoigner), je me suis jetée sur un Chattam en rentrant et je continuerai de le dévorer dès que j’aurais publié cet article. Pour pouvoir faire plein de cauchemars pour son plus grand plaisir <3.

Lulu

Publicités

A propos Lulu

J'aime : Lyon la musique mes sistas mes camarades de culture le Nutella et l'Ovomaltine Crunchy la rebel tooth de Matt Bellamy les expos d'art contemporain parce qu'on rigole bien les éditions "pour les nuls" préparer mes voyages le thermomix de ma maman J'aime pas : Avoir les cheveux mouillés me lever le matin pour aller au taff que Facebook s'estime propriétaire de moi Etre malade les cruches les imprimés léopard et les jupes en sky
Cet article, publié dans Livres, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour J’ai testé pour vous : Festival International Quais du Polar, 27 au 29 Mars 2015, Lyon

  1. fjva dit :

    Comment on fait pour pas passer pour une groupie en rougissant en tendant son bouquin ou son CD ?

    On ne peut pas. Ou alors on passe pour un(e) fan, pas une groupie, sauf si tu tiens vraiment à coucher avec :)
    Mais bon, ce n’est pas sale, être fan, hein, même si curieusement en France, patrie du rationnel (tu parles!) et du cynisme, on n’aime pas les gens qui s’enthousiasment sans faire preuve de la distance ironique de rigueur pour faire genre.
    Tant que tu ne commences pas à faire flipper ton artiste préféré en lui demandant des trucs bizarres, tout va bien. Ils apprécient ça. Même si c’est un simple « j’aime beaucoup ce que vous faites ». Surtout si c’est simple, tant que c’est sincère.

Je suis sure que tu as quelque chose d'intéressant à dire :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s