« J’écris ton nom puberté », aka la Playlist de la looze – Partie 1

DSCN0117

Il y a quelques semaines je suis rentrée chez mes parents et je suis retombée sur mes K7 audio d’ado, ces compil de chansons qui passaient à la radio et qu’on faisait avant l’arrivée d’internet. Et en voyant ce que j’écoutais à l’époque, je me suis dit que je revenais de SACREMENT loin. Je me suis donc replongée dans mes années d’adolescente boutonneuse grâce à mon lecteur radio-CD-K7 de l’époque, au son de qualité radio pirate dans ta cave. Et comme il faut assumer toutes ses loozes et que je SAIS que beaucoup d’entre nous n’ont pas non plus un passé musical glorieux (et aussi qu’on m’a supplié de faire cet article), une playlist spéciale aujourd’hui, piochée dans toutes mes compil d’ado.

23 cassettes, près de 400 chansons enregistrées entre 1997 et 2002, impossible d’en choisir seulement 15. J’ai donc demandé une dérogation à moi-même, dérogation que je me suis accordée, et je m’en remercie. Grâce à (à cause de ?) cette dérogation, j’ai donc doublé le nombre de titres, en prévoyant 2 articles. Et encore, je me suis vraiment restreinte. Accrochez vous. Et toutes mes excuses, d’avance.

1)      Gigi D’Agostino – The Riddle (1999)

Parce qu’un peu de dance ne fait pas de mal pour nous mettre en jambe. Toi aussi tu shakais ton booty au Papyou ou à l’Opera Night en hurlant « wedonneewadeenedogoesaroundanaround » (non, ne prétends pas que tu connaissais les paroles, personne ne te croira), les bras en l’air, les mains en moulinets. Oui, c’était beau, c’était grand, cette communauté de clubbers, qui ne connaissait pas encore le POOOPOPOPOPOPOOOOPOOOOO…Rhaaaaa, la belle époque, celle des slows ! A noter que cette « chanson » est enregistrée sur la même cassette que What’s My Age Again de Blink-182 (enfin « The Blinks » avec « West my age again ». Oui. Je sais) et Let it Be. Je suis très pour l’éclectisme.

2)      Christina Aguilera – Genie in a bottle (1999)

Ou “Jenny » in a bottle si l’on en croit mon moi de 15 ans. A cette époque, Christina connaissait encore le chemin de la salle de bains. Une princesse Disney qui rentre plus vraiment dans sa bouteille.

3)      Eve Angéli – Elle (2001)

On l’oublie un peu trop souvent, mais avant d’être…euh…peu importe ce qu’elle fait maintenant, Eve Angéli chantait. Elle chantait même des trucs profonds. « Elle », c’est la drogue. Et la drogue, c’est mal. A noter le top commentaire youtube de cette vidéo : « Elle l’a dit que c’est à cause de Lorie si ça carrière n’a pas décollé  car la maison de disque a choisi de développer la carrière de Lorie! Ça a du bon le piston Lorie le sait trop bien c’est dommage car Ève avait plus de voix que Lorie! ». Lorie a donc une carrière. Intéressant…

4)      S Club 7 – Don’t Stop Movin (2001)

Oui, je regardais KD2A quand j’étais ado. Et oui, je regardais S Club 7. Et oui, je kiffais. J’avais même les 2 premiers CD. Je répète : J’AVAIS LES 2 PREMIERS CDS. Et j’ai même pas trop d’excuse parce que c’est pas si vieux que ça.

5)      What For – L’Amour n’a pas de loi (2002)

Est-ce que j’ai une excuse pour celle là…Si ce n’est que je regardais Popstars et que les prises de tête à répétition entre les membres du groupe me faisaient mourir de rire (et que j’avais envie de frapper Mounia. Merde je me rappelle de son prénom.). Le plus moche dans cette chanson, c’est que Nile Rodgers a collaboré. Il est venu les voir en studio et tout, un truc super classe. Des talents tués dans l’œuf. A noter que j’ai cherché le clip et que tout ce que j’ai trouvé c’était des parodies. Il y a même une vidéo dont la description est « clip du tube international des What For ». C’est dur internet. Du coup la vidéo que j’ai trouvé est vraiment très classe. Ne me remerciez pas.

6)      Mickaël Youn – Le Frunkp (Alphonse Brown OST – 2003)

La puissance du port du Havre, la culture de la betterave. Normandie, Californie, même combat. Bon, je suis de la génération Morning Live, je surkiffe tout ce que Mickaël Youn a fait « musicalement » parlant, de Comme des Connards (bordel que c’était bon les 11 Commandements) à Fous ta Cagoule, en passant par Parle à ma Main et Mauvaise Foi Nocturne. Il me faisait mourir de rire et puis je sais pas ce qui s’est passé…Toujours est-il que ses chansons parodiques sont cultes et que le Morning Live me manque.

7)      Nuttea – Elle te rend dingue (2000)

Oula, il revient de loin celui là. Elle te rend dindindindindingue quand elle a son poum poum short. Que dire de plus ? Bah rien j’crois hein.

8)      Matt – RnB de Rue (2001)

J’ai hésité longuement entre celle-ci, Dans la Peau d’un Dealer et 12/003, son featuring avec Def Bond. Oui, je les ai toutes les 3 (j’ai même l’album gravé de Matt s’il vous plait). Et puis je me suis dit que celle-ci était quand même plus parlante. Je vous gâte hein. Ceci dit, j’ai réécouté (de mon plein gré) 12/003 et Dans la peau d’un Dealer, et il s’avère que je connais toujours les paroles par cœur. Eeeeet ouais. RnB de rue bouge tes seuf.

9)      Backstreet Boys – Everybody (Backstreet’s back) (1997)

Avec ma frangine on a jamais été fans des boys bands, pourtant on était leur cœur de cible, j’avais entre 12 et 15 ans pendant leur période de gloire. On se contentait de se foutre de leur gueule et de leurs chorégraphies torse nu en les voyant chez Charly et Lulu mais on a jamais fait de concert ou acheté de CD de qui que ce soit. Et j’en suis fière, je tiens à ce que ce soit dit. Mais j’avoue, Everybody (et pas mal de chansons des Backstreet Boys hein, je vais pas vous mentir),  c’est mon guilty pleasure. Encore aujourd’hui je suis capable de l’écouter, de regarder le clip et de kiffer totalement ma race. Elle est chiadée cette vidéo nan ? Am I everything ya need you better rock your body now, EVERYBOOODYYY YEAAAAH!

10)   Larusso – Tu m’oublieras (1998)

C’est dans ces moments là que je me dis que j’ai fait du chemin depuis 1998. J’ai envie de me dire que j’écoutais ça en total second degré, mais je sais bien que non. Si j’avais eu l’âge d’aller en boite en 98, j’aurais été la reine du dancefloor sur cette chanson. Ce qui me console, c’est que j’aurais pas été la seule. C’est pas la peine de vous planquer, je le sais très bien.

11)   Aqua – Barbie Girl (1997)

J’étais fan des clips de toutes leurs chansons, n’en déplaise à Mattel qui était pas content qu’on utilise leur produit comme un objet seskuel. Et qui maintenant utilise Barbie Girl dans ses pubs. Business is business. J’ai appris que la nana faisait d’ailleurs maintenant partie du jury de The Voice au Danemark.

12)   Stomy Bugsy – Mon Papa à Moi est un gangster (1998)

Genre. GENRE vous avez pas kiffé la vaïbe sur cette chanson. NE MENTEZ PAS ! Je sais tout, vous êtes comme moi.

13)   Allan Théo – Lola (1998)

Ca aurait trop facile de mettre Emmène Moi et de passer à côté de cette merveille. Ce qui est très très très dommage, c’est que j’ai pas trouvé le clip, peut être une volonté divine d’effacer de la surface de la planète ces moments peu glorieux de la chanson française. A noter que maintenant Allan fait du porno avec sa femme et qu’il raconte ses ébats seskuels sur twitter. Grande classe, à la Clark Gable.

14)   Paradisio – Bailando (1997)

…Pourquoi ?

15)   Mad in Paris – Paris a le Blues (1996)

En la réécoutant tout à l’heure, je me suis aperçue que je connaissais encore les paroles par cœur. La descendance d’Alliance Ethnik, ce rap qui chante les refrains et donc l’hérésie pour les vrais de vrai. Ça a pourtant été le moyen pour moi de m’ouvrir (un peu) au rap. Alors je sais pas si on doit leur dire merci ou quoi, en tout cas « Made » in Paris, comme indiqué au dos de ma cassette, pour moi ça fonctionne toujours en 2014.

16)  Britney Spears – Crazy (1999)

Je ne pouvais pas clôturer ce 1er volet de dossiers sans parler de Britney. J’ai écouté son 1er album des DIZAINES de fois. Elle était cute, elle dansait et ça c’était coooool, ses chansons étaient catchy, et pour mon moi de 15 ans ça suffisait. Et même si elle a pas très bien tourné, je l’aime bien Brit-Brit. Elle me fait un peu de peine parce qu’elle s’est fait bouffer par le showbiz, et d’une sale manière. Du coup plus elle fait de la merde plus je l’aime bien. Et puis parce que Stronger, parce qu’Overprotected, parce que Toxic steplé, et parce que Womanizer et If You Seek Amy. Pour tout ça Britney, je t’aime.

Ainsi s’achève la 1ère session de Vie ma vie d’ado des années 90 sans grand frère ou grande soeur ou pote rebelle pour me guider dans mes choix musicaux (Désolée Emilie mais soyons honnêtes). Vous en reprendrez bien encore une lichette ? Stay put for round two ;-)

Lulu

Publicités

A propos Lulu

J'aime : Lyon la musique mes sistas mes camarades de culture le Nutella et l'Ovomaltine Crunchy la rebel tooth de Matt Bellamy les expos d'art contemporain parce qu'on rigole bien les éditions "pour les nuls" préparer mes voyages le thermomix de ma maman J'aime pas : Avoir les cheveux mouillés me lever le matin pour aller au taff que Facebook s'estime propriétaire de moi Etre malade les cruches les imprimés léopard et les jupes en sky
Cet article, publié dans Musique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour « J’écris ton nom puberté », aka la Playlist de la looze – Partie 1

  1. fjva dit :

    Je suis plus vieille donc mes nanars d’adolescence sont différents, mais j’adore le titre de ton article :)

Je suis sure que tu as quelque chose d'intéressant à dire :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s