« Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », les clichés de la comédie romantique

On va pas se mentir, les meufs en général (et certains mecs un peu (trop ?) proches de leur côté féminin) aiment bien les comédies romantiques. Pourquoi ? Parce que le mec est bogoss, qu’ils tombent amoureux et que malgré les bâtons que la vie leur met dans les roues, ils arrivent toujours à finir ensemble et heureux. Parce que même si la nana est un boulet fini, elle pécho quand même celui qu’elle veut, tu te reconnais en elle et ça, ça te donne de l’espoir. Toi aussi tu peux viser haut, j’veux dire merde, si Bridget a réussi à se faire Mark Darcy, pour toi Ryan Gosling sky is the limit hein.

Peut être aussi qu’on aime bien ce genre de films parce que c’est sécurisant : on sait que ça se termine bien et on connait les ficelles de toutes les histoires. Plus ou moins grosses (les ficelles), on les retrouve dans quasi toutes les rom-com. Je m’en suis regardé quelques unes dernièrement en vue d’écrire l’article, et voilà ce qu’il en est ressorti.

 Le pitch tient sur un timbre poste, avec seulement 3 possibilités :

 1) Il et elle se rencontrent. C’est the big love. Tout va bien jusqu’à ce que l’un des deux (souvent le mec d’ailleurs) fasse une grosse boulette ou soit victime d’un gros malentendu. Là, le couple parfait rompt. Et on est triste pour eux. Surtout qu’ils vont mettre le reste du film à se rabibocher. Oui parce que dans les comédies romantiques, la communication c’est zéro. S’ils avaient discuté elle aurait bien vu que c’était pas du tout ce qu’elle croyait. Mais nan, ce serait trop facile. Autant fermer sa gueule hein, ben oui.

(Ok c’est pas une comédie mais chut. « I wrote you everyday for a year ! » et sa connasse de reum a planqué les lettres, merde !!)

2) Au début ils se détestent. Le mec est un parfait connard, il est prétentieux, il lui fait des coups de pute au bureau, bosse dans la grosse firme concurrente de sa petite librairie à elle, blablabla. Elle est superficielle, ou féministe ou altermondialiste (donc forcément chiante), lui fait des tirades de 15 mètres de long pour lui expliquer à quel point il a tort, ils ne s’entendent sur rien, bref, le truc qui ne se fera JAMAIS. Eh bah si. La frontière entre l’amour et la haine, blablabla, vous l’aurez compris, ça finit au pieu. Personnellement, à part des envies de meurtres, j’ai jamais eu envie de faire quoi que ce soit d’autre avec les mecs que je détestais (ceci dit il y en a pas 36. Je suis pour la paix moi, aimez vous bordel), mais bref.

Variante : à la base c’était un pari et en fait ils sont juste parfaits l’un pour l’autre. Le hasard (ou les coups de pute) fait bien les choses quand même, c’est fou la vie non ?

3) Depuis le début, en fait l’homme/la femme de sa vie c’était son/sa meilleur(e) ami(e). Pendant tout le film il est là à la consoler et la conseiller avec ses rencards foireux avec des connards. Et puis un jour, après une nième veste, là elle comprend, mon dieu mais bien sûr, il était là sous son nez et elle le voyait pas !! Et ENFIN le mec sort de la friendzone dans laquelle on est tous bloqués à un moment donné. Dans la vraie vie, tu finis rarement avec ton BFF. Si c’est ton/ta BFF depuis tout ce temps c’est qu’il/elle ne t’attire pas. Non vraiment crois moi. Alors stop, n’essayez pas de coucher avec votre meilleur pote juste pour voir, ou alors prenez le gros risque de bousiller votre amitié. TRUST ME.

Variante : le sex friend. Ouais on couche ensemble, pas d’attache, pas de prise de tête, blablabla. Et puis BIM ! Perso j’aurais pu griller tout de suite que Justin Timberlake et Mila Kunis finiraient ensemble hein.

Une fois qu’on a choisi une de ces 3 options, il y a des ingrédients essentiels à incorporer pour un film de meufs réussi :

Le timing

Le mec arrive toujours au moment où la fille est le plus au fond du gouffre. Moi en général quand je suis au fond, c’est là qu’une pelle me tombe sur la gueule pour m’aider à creuser encore un peu plus profond. Et quand vraiment t’atteins le fond du fond, là où c’est trop dur pour creuser, tu remontes pas vraiment en fait. Tu peux y rester un moment. Mais ptêt qu’il y a que moi je sais pas. Et puis bon, je sais pas si ce serait hyper vendeur comme film en fait.

La pluie

Elle sera utilisée dans 2 cas :

–        La nana ou le mec est malheureux(se), donc il/elle marche sous la pluie, souvent en pleurant. Quand je suis malheureuse et qu’il pleut, je reste chez moi bien au chaud avec mon pot de Nutella, je vais pas en plus choper une pneumonie (enfin pas une autre quoi). Je sais pas, c’est pas une question de bon sens ? Apparemment non.

–        Ils se sont engueulés (parce que malentendu, parce que pari, parce que mensonges, blablabla), elle part en courant et il la rattrape sous la pluie battante. Il lui dit des trucs sympas pour que dans sa tête elle se dise « awwwwww » et BIM, THE galoche. Sous la pluie donc. Parce que oui, tout le monde fait ça. Tout est normal.

La scène de cul

Ca pour le coup c’est pas spécifique aux rom com. Pendant les scènes au pieu, le mec a toujours le drap au nombril pour qu’on voit ses abdos (oui, il en a tout le temps. Comme dans la vraie vie). La fille, au dessus de la poitrine pour ne pas choquer les gens. Comme dans la vraie vie aussi.

La poursuite à l’aéroport/à la gare/en taxi

Cette scène se situe à la fin du film. Ils ont rompu ou ils ont pas encore consommé (parce que malentendu, parce que pari, parce que mensonges, blablablabla) et elle a décidé de quitter la ville (pour un job, pour aller se ressourcer dans sa famille, whatever, elle se casse). Lui il l’apprend pile poil au moment où elle part. Du coup il doit prendre un taxi pour aller la retrouver et lui crier son amour à l’aréoport de Nice ou à Grand Central Station, avant qu’elle parte POUR TOUJOURS. Bien sûr il arrive à la rattraper et c’est là qu’arrive un autre cliché…

(OHMAGAWD <3)

La galoche dans un lieu public avec des gens qui applaudissent et la caméra qui s’éloigne

Ils s’expliquent, tout ceci n’était qu’un malentendu (OUF !!), il nous faut une scène finale. Un lieu public bondé, elle avec sa valise, lui qui monte sur un muret ou qui se tape l’affiche en lui déclarant sa flamme sur des écrans géants ou au micro, elle qui est toute némue, lui qui s’approche d’elle, qui lui dit qu’il l’aime et hop, soupe de langues. Les gens sont émus donc ils applaudissent parce que ouais c’est trop chou. La caméra s’envooooole. The end.

Hugh Grant

Parce qu’une rom com sans Hugh Grant n’est pas une rom com réussie.

Bon, autant être claire, je suis pas une spécialiste des histoires d’amour (j’ai un panneau « CASSE TOI » collé sur le front en toutes circonstances, même quand je m’en passerais bien. Ptêt qu’il faut que je me trouve un analphabète du coup…Comme dit ma frangine « tfaçon toi tu préfères être seule que bien accompagnée ». See you in therapy. [/Mode skyblog off]) mais quand même, je me dis merde, ça existe vraiment dans la vraie vie des vrais gens qui existent pour de vrai ces trucs là ? Est-ce que vous connaissez une personne qui s’est réconciliée avec l’amour de sa vie sous la pluie ? Est-ce que quelqu’un vous a déjà applaudi quand vous rouliez une galoche à votre mec au milieu de la place Bellecour ? Nan vraiment, ça m’intéresse.

Mais même, malgré tout, même si on sait que c’est du bidon, et même si on connait la fin avant même d’avoir vu la bande annonce, on peut pas s’en empêcher, on aime bien les histoires qui finissent bien, surtout dans ces moments où dans nos vraies vies elles finissent mal. Et puis on regarde pas pour voir la même chose que dans la vraie vie, parce que la vraie vie, elle est trop pourrie. Nous on veut voir Ryan finir avec Emma. Enfin on veut aussi voir Ryan tout seul. Pardon, c’est un autre débat.

Bref si vous voyez d’autres clichés de la comédie romantique que j’aurais oubliés, surtout n’hésitez pas, je peux les rajouter. Sur ce, je vais remater Love Actually avec mon nounours (un jour vous saurez démêler les vraies infos des fausses , promis).

Lulu

Publicités

A propos Lulu

J'aime : Lyon la musique mes sistas mes camarades de culture le Nutella et l'Ovomaltine Crunchy la rebel tooth de Matt Bellamy les expos d'art contemporain parce qu'on rigole bien les éditions "pour les nuls" préparer mes voyages le thermomix de ma maman J'aime pas : Avoir les cheveux mouillés me lever le matin pour aller au taff que Facebook s'estime propriétaire de moi Etre malade les cruches les imprimés léopard et les jupes en sky
Cet article a été publié dans Cinéma. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », les clichés de la comédie romantique

  1. Anonyme dit :

    bel article, tres bien ecrit as usual, allez lance toi dans ta comédie romantique je te coach

  2. Poppy dit :

    Olalaaa Lulu c’est tellement ça. Je te lis depuis London, berceau de la capitale romatique, et ça me donne envie de partir à la recherche de Hugh Grant, Marc Darcy, Jude Law……

Je suis sure que tu as quelque chose d'intéressant à dire :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s