Typologie des relous…dans le métro

Aujourd’hui, aucun rapport avec la culture ou le Nutella. Mais je m’en fous je fais ce que je veux c’est mon blog.

Quand on vit dans une grande ville, à moins d’être un nazi de la voiture, trop bien pour se mélanger à la populace, ou de bosser à côté de son appart’, on va au taff en transports en commun. Métro, bus, tram, train, rayez la mention inutile. Immanquablement quand il y a une concentration d’êtres humains dans un espace réduit, il y a également une concentration de relous. Tour d’horizon de ceux qu’on a tous rencontrés au moins une fois :

1)     Celui qui écoute sa musique sur son portable. Avec hauts parleurs

Il parait que la musique adoucit les mœurs. Alors là je dis achtung, on aurait du mettre un astérisque à cette phrase, un truc du genre *bon ok, pas TOUTES les musiques. Bizarrement, l’ado avec son Ipod touch qui se prend pour le DJ de la ligne A écoute rarement du Vivaldi. Un bon vieux Beatles, Pulp ou Led Zeppelin (vous avez vu j’ai pas cité Muse. Force mentale) n’a pas sa place sur l’Ipod Touch de l’ado. Non non, en général on a droit à de l’électro (du mauvais en plus), du raï, du mauvais rap (Booba ou la Fouine de préférence) ou du RnB (je ne sais pas dans quelle catégorie intégrer Sexion d’Assaut). Le fait que toi tu n’ais pas très envie d’écouter sa musique n’entre bien entendu pas en ligne de compte.

Variante : j’ai vu récemment dans le métro B un cinquantenaire avec un POSTE RADIO K7 qu’il écoutait à fond sur son épaule. 80’s style. Quand je l’ai fusillé du regard et que je lui ai dit qu’il faisait chier tout le monde il a dit « bah quoi ? Sinon j’entends pas ». Ah bon bah ok alors.

2)     Celui qui pue

POURQUOI je me retrouve TOUJOURS à côté du mec qui pue quand je rentre à 23h hein ? Pourquoi ? En plus c’est pas juste qu’il a transpiré de sa journée de dur labeur, nan nan, c’est juste qu’il a pas lavé ses fringues (et lui même certainement) depuis 6 mois alors que pourtant il a quand même un Iphone. Au lieu d’acheter l’appli qui fait des prout il pourrait investir dans un baril de lessive, mais la propreté, c’est pas très hype.

(Oui je sais la photo a rien à voir avec le schmilblick mais sinon je l’aurais mise où, hein ?)

3)     Celui qui est bourré et qui te fait des réflexions douteuses sur tes jambes (peut être aisément couplé avec celui qui pue)

Se faire emmerder dans un métro vide, c’est toujours un moment privilégié. Du coup, quand un mec un peu éméché, bière à la main, entre dans le wagon et décide de se mettre à côté de toi, malgré les 55 autres places disponibles, tu serres les fesses, ton sac à main, tu pestes contre toi-même d’avoir mis cette jupe et tu pries pour qu’il soit trop saoul pour te poursuivre à la sortie. C’est là qu’il se tourne vers toi et te dit (au choix) : « faut pas mettre des jupes aussi courtes vous allez vous faire violer » avec un regard lubrique / « rhooo ces jambes, je vais m’en aller sinon je vais pas me contrôler (celle-ci est véridique by the way) / « on peut toucher ? » (ou toucher sans préambule) / « t’es bonne » / « salope » / etc. Genre des phrases choc.

4)     Celui qui te fait partager toute sa vie au téléphone. Et qui est coupé dans sa conversation parce que « je suis dans le métro là ça va couper…Allô ? Allô ? Merde ça a coupé ».

Je suis admirative de ces gens. Moi j’ai zéro barre de réseau sur mon portable, ils font comment eux ? Des fois je me demande s’ils feraient pas semblant histoire de faire croire qu’ils ont des potes. A creuser…

5)     Celui qui ne te laisse pas sortir parce que c’est plus urgent de le laisser entrer

Avec ce genre de personnes, j’ai toujours cette peur irrationnelle de ne pas pouvoir sortir à mon arrêt parce que 25 personnes se seraient engouffrées dans la rame avant que je puisse en sortir. Je mourrais alors asphyxiée entre le mec qui pue et celui qui écoute Vitaa. Et on est d’accord qu’on ne souhaite à personne une telle mort.

6)     Celui qui préfère s’asseoir à cheval sur 2 places, parce qu’une place c’est beaucoup trop conventionnel

Quand tu arrives devant lui et qu’il doit se pousser, il le fait avec beaucoup de mauvaise volonté et un regard assassin. Si tu pouvais lire dans les pensées, tu y trouverais un « teupu ». Si lui pouvait lire dans tes pensées…Il vaut mieux pas qu’il puisse en fait. La prochaine fois il faudrait lui dire que s’il veut 2 places il faudrait payer 2 tickets (enfin s’il pouvait déjà en payer un).

7)     Celui qui se colle à toi pour pouvoir passer les portiques sans payer

A la base, je m’en fous qu’on fraude, vraiment. Tu joues, et si tu perds tu paies ton amende et tu fermes ta gueule. Mais franchement, ça coûte quoi de dire « excusez moi, je peux passer derrière vous ? » au lieu de monter sur les gens ? Les cons ça ose tout…

8)     L’enfant

Je pourrais presque m’arrêter là tellement le titre parle de lui même. Un enfant dans un métro, c’est comme voir écrit « sa va », ça énerve. Il y en a différents types : celui en poussette, dont la mère gare l’engin devant les places assises histoire que tu puisses pas t’asseoir. Il y a aussi celui qui hurle (parce que peu importe où tu es, en courses, à Mc Do, en ville, il y a toujours un gamin qui hurle) parce que pourquoi pas après tout. Et puis il y a celui qui couine parce qu’il a pas de place assise et dont la mère dit bien fort « Bah oui y a pas de place assise ». Donc toi, t’as pas particulièrement envie de lui laisser ta place mais t’as vraiment envie qu’il ferme sa gueule. Donc tu te lèves et tu lui laisses gracieusement ta place. A ce sale monstre.

(merci à Pauline pour l’idée. Dire qu’elle est instit, c’est quand même une honte vous trouvez pas ?)

9)     Celui qui reste à gauche sur l’escalator

Bon pour celui là on va excuser les touristes et les gens qui sont pas habitués aux transports en commun, ils sont pas censés savoir. Mais pour les autres…C’est quand même pas compliqué, dans l’escalator t’as un côté droit et un côté gauche. Il y a une loi silencieuse et bien établie qui veut que quand t’as pas envie de marcher, tu restes à droite de l’escalator et tu te laisses porter. Par contre, quand t’es pressé (genre tous les matins), tu te mets à gauche de l’escalator pour pouvoir monter les marches 4 à 4 et aller plus vite. Mais t’en a toujours au moins un (qui pourtant a l’air d’être un habitué) qui se plante à gauche et se laisse porter, tranquillou, en bloquant tous les gens pressés. Tu as envie de le tuer ? Ne t’inquiète pas, nous aussi.

(Merci à Amel pour l’idée. Elle est souvent à la bourre le matin, ceci explique cela)

10)     Le Rom

Last but not least…Vous remarquerez que j’ai pas dit « roumain », j’ai pas envie de me reprendre des commentaires de 45 lignes qui m’expliquent qu’un rom et un roumain c’est différent et que je suis un parfait exemple de la bêtise et de l’ignorance en France (ceci dit, si ça vous intéresse, le débat a eu lieu sous mon article sur le Zapping Amazing. C’était épique). Donc le Rom. Il y a celui qui vient avec son enfant, s’excuse pour la dérange et te demande sivoplé une ptite pièce pour manger en agitant un gobelet Mc Do sous ton nez. Ceux là, bon, ça reste ni plus ni moins que de la manche (encore que l’exploitation de l’enfant, voilà quoi). Mais celui qui fait vraiment plaiz, c’est le mec avec son accordéon et sa sono qui te chante Michel Telo entre Vaise et Bellecour, sans possibilité pour toi de t’échapper ou de mettre ton MP3 plus fort pour couvrir le son parce qu’il sera pas assez puissant. Ce mec que tu maudis 4h plus tard quand tu chantes dans ta tête « Delícia, delícia, Assim você me mata, ai se eu te pego, ai ai se eu te pego » sans aucun espoir de la voir disparaître.

A la fin de la journée, tu te dis que payer 55€ par mois pour tout ça, c’est un peu du vol quand même.

 Lulu

edit : devant le succès fulgurant de l’article et la frustration de mes potes qui l’ont du coup vécu comme une catharsis, d’autres idées de relous leur sont venues. Je les ai rajoutées en 8  et 9, merci à eux :-). Si j’ai d’autres idées, je ferai d’autres typologies de relous, un peu comme les Martine en fait. It’s gonna be a thing.

Publicités

A propos Lulu

J'aime : Lyon la musique mes sistas mes camarades de culture le Nutella et l'Ovomaltine Crunchy la rebel tooth de Matt Bellamy les expos d'art contemporain parce qu'on rigole bien les éditions "pour les nuls" préparer mes voyages le thermomix de ma maman J'aime pas : Avoir les cheveux mouillés me lever le matin pour aller au taff que Facebook s'estime propriétaire de moi Etre malade les cruches les imprimés léopard et les jupes en sky
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Typologie des relous…dans le métro

  1. Sofia dit :

    L’accordéon, ça passe encore, mais quand ils se mettent au violon… (smiley qui se pend)

  2. Dit camion dit :

    Lulu n’oublie pas celle qui …. ou celle qui … enfin j’attends la typo de la relourDE. je n’ai pas picolé mais c vrai que tes jambes sont sympas

  3. fjva dit :

    Ah ah, effectivement :)
    J’ai commencé ma propre typologie des agacements du métro, sous forme de polésies (parce que je suis fan de Desproges et non parce que j’ai des prétentions). J’en ai déjà posté quelques unes sur mon blog :
    http://fjva.wordpress.com/?s=quatrains&submit=Recherche

  4. marionbobet dit :

    allez vous faire mettre j’ai 15 ans et j’écoute que du rock des années 60 70

    • Lulu dit :

      Et donc ? Tu fais donc pas partie des gens visés, félicitations. C’est pas nécessaire d’être vulgaire par contre.

Je suis sure que tu as quelque chose d'intéressant à dire :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s