Un petit tour de Sicile – Partie 3 : Palerme

Bon, j’ai mis du temps à rédiger cet article parce que comme on dit en bresse, je savais pas par quel bout y empoigner. Mon voyage à Palerme a été un voyage très familial, avec un retour (enfin un tour parce que j’y étais jamais allée avant) aux racines de ma famille maternelle. J’ai vu des oncles et tantes que je connaissais pas, j’ai entendu parler d’histoires dont j’avais jamais entendu parler (et les histoires siciliennes c’est trop fun), j’ai vu des endroits très importants pour mes parents (la maison de naissance de ma mère, le cimetière de mes arrières grands parents, tout ça tout ça), mais le truc c’est que ça, vous en avez rien à foutre hein ? Donc je veux essayer de freiner sur le caractère familial du truc. Et du coup…Je sais pas par quel bout y empoigner.

Dooooonc, on est arrivés à l’aéroport de Palerme le jeudi en fin d’après midi, on a déposé notre cercueil à roulettes chez Europcar (la délivrance totale. La zenitude a régné sur la famille pour le reste du séjour) et on a pris le métro jusqu’au centre ville de Palerme. Là, on a été récupérés par une de mes grand-tantes qui devait repérer la route pour aller jusqu’à notre hôtel. Elle s’est plantée et on a marché mille ans mais bref, on est arrivés à bon port. On s’est dit qu’on allait faire un petit tour dans la ville de nuit, ça promettait d’être sympa. On était situés juste à côté d’un quartier populaire, le Capo, qui est le quartier du marché de Palerme. Ma mère avait des souvenirs là bas donc on s’est dit pourquoi pas. Et là. Je me suis sentie oppressée. Un quartier hyper mal famé à 22h, une rue dégueulasse avec des déchets partout (qui dataient de bien avant le jour même), des gens hyper louches qui te scannent de la tête aux pieds, oooook…Je me suis sentie hyper mal et j’avais qu’une envie : rentrer en France. Cool, le voyage commence bien. Comme je suis quelqu’un de très positif dans la vie, j’ai donc tiré la gueule toute la soirée. Ne me remerciez pas, c’est cadeau.

Le lendemain, on a décidé de retourner au Capo, de jour cette fois. L’ambiance était totalement différente (c’était le jour et la nuit, huhuhuhu), c’était vivant, ça criait en sicilien dans tous les sens, ça sentait bon, ça puait, ça grouillait, il faisait beau, chaud, le linge pendait aux fenêtres, c’était super agréable. Instantanément je me suis réconciliée avec Palerme. On a juste eu un faux départ elle et moi. Le Capo ça reste un quartier hyper populaire, c’est sale et les façades sont dégueu, mais au moins on entre au cœur de la ville.

P1000370P1000371

P1050970

On a continué notre chemin jusqu’à la cathédrale de Palerme, Santa Rosalia. En fait Sainte Rosalie c’est la patronne de la ville, elle a sauvé Palerme d’une épidémie de peste. La meuf elle a carrément une espèce de bateau hyper kitch devant la cathédrale pour lui faire prendre l’air. Et donc bref, depuis, dans toutes les familles palermitaines on a au moins une Rosalia. Genre la sœur de ma mère chez nous. La cathédrale est immense et il y avait une expo, enfin plutôt un hommage à un prêtre, Giuseppe Puglisi, qui apparemment était un grand homme puisqu’il s’est dressé contre la mafia. Et comme de bizarrement il s’est pris une balle dans la tête dis donc.

P1000377 P1050988 P1050991

Et donc on a essayé un peu de parler de la mafia avec ma famille. Ils nous ont expliqué pourquoi les rues étaient aussi crades. Parce que quand je dis crades le mot est même carrément faible : Palerme c’est une décharge géante. Les gens sont « mal educado » ( ? moi j’entends « maléducat’ » mais je sais que c’est pas ça hein. Mon grand père dit aussi « mallabitouat’ », faites vos propres mots avec ça), ils jettent tout par terre, à côté des poubelles qui de toute façon débordent déjà, les sacs qu’ils jettent ne sont pas fermés, si bien qu’il y en a PAR-TOUT, les sacs volent dans tous les sens, sur la route, dans les rues et dans les parcs. C’est dégueulasse et ça pue. Et donc mon oncle nous explique que mettons que la société de ramassage des ordures dispose d’un budget de 100 000€ par mois. La mafia se pointe et leur dit « je te protège en échange de 50 000€ par mois ». Il ne leur reste plus que 50 000€ pour le ramassage et le paiement des salariés. Du coup ils passent 2 fois moins de temps sur place, paient moins les salariés, qui du coup travaillent moins bien. Et comme on ne dit pas non à la mafia…Ceci explique cela.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On a continué avec un peu de shopping. Ma maman voulait un petit panier comme celui qu’elle avait quand elle était gamine. On a fait what mille magasins de babioles et on est tombés sur une boutique avec un petit vieux. Il nous a dit qu’il fabriquait lui-même ses paniers à la main (pas de made in China contrairement aux autres magasins) depuis des dizaines d’années, il avait pas loin de 80 ans et nous a montré avec fierté un article sur lui dans un magazine français. On a été vraiment touchés par ce petit papi qui était donc le dernier sur Palerme à faire ces paniers à la main. Du coup, ma mère a pas résisté et on a acheté le panier là bas. Je sais pas où elle va le mettre par contre parce que bon…Un peu plus loin j’ai flashé sur des boucles d’oreilles en verre. On regarde à l’intérieur de la boutique et on voit une femme en train de souffler le verre. On entre et je (enfin ma mère, je parle pas italien) lui dis que je veux ces boucles. On apprend qu’elle est une des dernières à faire ça, que ça se perd etc. Du coup on peut dire qu’on a fait du shopping équitable en Sicile et ça, c’est plutôt cool.

P1060002

Désolée le monsieur bougeait tout le temps, j’en ai pas UNE seule de nette. Ah ces italiens.

P1060008

Sur notre chemin, on a halluciné sur l’état des immeubles. Les grandes artères sont à peu près propres mais TOUTES les rues perpendiculaires sont dans un état lamentable. La ville entière a un grand besoin de ravalement de façade, c’est une honte pour une aussi grande (et belle) ville.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On est également tombés sur une place avec une fontaine et des statues à poil. Cette place, la piazza Pretoria, avec la fontaine Pretoria au milieu, est surnommée la place de la vergogne, parce que les femmes devaient fermer les yeux quand elles passaient devant. Bah ouais des statues de mecs à poil ça pourrait choquer leurs yeux chastes. Pis c’est pas comme si toutes les statues antiques étaient à poil en plus.

P1060013 P1060005

En se baladant, on a vu des trucs typiquement siciliens (selon ma maman), comme une vieille au dernier étage d’un immeuble qui faisait descendre son panier de provisions avec une corde pour que les commerçants mettent leurs produits à l’intérieur et qu’elle puisse les remonter sans avoir à descendre les escaliers. Une grande ville avec des habitudes de petit village, c’est super dépaysant.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On est également passé par le quartier Vucciria, un quartier très populaire, fief du street art sicilien, donc autant dire que je me suis régalée. Dommage qu’on ait fait que passer parce que je pense que j’aurais pu arpenter les ruelles glauques pendant des heures à la recherche de collages ou de pochoirs. Une autre fois, peut être…

P1060032 P1060039

Dans l’après midi on a retrouvé mon oncle devant le théâtre Massimo et il nous a emmenés là où on aurait pas pu aller sans voiture.

P1060046

(Théâtre Massimo)

-Monte Pellegrino, une église perchée au dessus de la montagne, avec un panorama de ouf. Dans l’église, les gens prient Sainte Rosalie quand ils sont malades. Et quand ils guérissent, pour la remercier (bah oui c’est forcément grâce à elle, ils ont prié quoi), ils lui offrent la partie de leur corps guérie en argent. Je m’explique : tu as le cœur malade et Sainte Rosalie te guérit ? Tu lui offres donc un cœur en argent. Les murs de la grotte de Monte Pellegrino sont tapis de cœurs, de foies, de jambes en argent, c’est TRES perturbant. Bon, au cas où, j’ai quand même fait mon petit vœu pour la guérison de…Bah nan je peux pas vous dire sinon ça se réalisera pas. Réfléchissez un peu. A la sortie, il y avait des stands qui vendaient tout et n’importe quoi, du rastaman à poil aux nunchakus. Rhaaa, la Sicile !

P1060062

P1060051

P1000427

-Mondello avec cette plage de sable blanc et cette eau turquoise où t’as pied pendant 500 mètres (ouais au moins. Désolée je suis en Sicile, faut bien exagérer un peu), vraiment très agréable. Je suis pas une dingue de plage parce que j’aime pas partager ma baignoire avec 500 personnes qui pissent et baisent dedans, que j’ai pas envie de me faire éclabousser par des mômes et que j’aime avoir de la place autour de ma serviette. En fait il me faudrait une plage privée. Mais même si j’aime pas, là vraiment c’était magnifique et si on avait eu le temps et nos maillots je me serais jetée dedans. Je me suis contentée de m’immerger jusqu’aux cuisses. Mieux que rien.

P1060071 P1060067 P1060073

-la rue où est née ma maman et celle où elle a vécu avant de partir, mais tout ça je pense que ça vous intéresse pas. Mais quand même, c’était un moment important du voyage pour nous.

Le lendemain, déjà notre dernier jour, on a visité les jardins de Palerme, dont le jardin botanique. On a un peu halluciné sur le manque d’entretien des plantes. La moitié d’entre elles avait grillé sur place, certainement à cause de la chaleur, mais je pense que tout bêtement c’était mal entretenu. On a quand même vu des arbres géants, un millier de variétés de cactus et de palmiers, des orangers, des citronniers, des bananiers, des champs de coquelicots, mais aussi un « faux kapokier », une sorte d’arbre à coton dont le tronc est recouvert d’épines. Le coton (ou le truc qui y ressemblait, donc) volait à travers les arbres, c’était ma foi fort joli. C’était rafraîchissant et heureusement qu’on a fini par cette partie du jardin.

P1060107 P1060110 P1060099 P1060113

L’après midi mon oncle nous a emmenés à Monréale pour voir une cathédrale entièrement décorée en mosaïque. Le bâtiment est gigantesque et j’ai entendu une guide dire qu’il a été construit en seulement 4 ans. Comme quoi quelques coups de fouet, ça les fait avancer mine de rien ces feignasses.

P1060130

On a fait aussi les Catacombes (que j’ai failli zapper parce qu’on avait pas le droit de prendre de photos et du coup j’en ai aucune trace), la visite glauque des vacances. A la base, là bas on exposait les religieux momifiés. Et puis finalement on y a mis plein de monde. Donc on a plein de squelettes contre les murs et dans des boites, plus ou moins bien conservés, qu’on a pas le droit de toucher (en même temps est ce que j’avais envie d’y toucher ?). Il y a même une petite fille de 2 ans, Rosalia Lombardo, qui a été embaumée dans les années 1920 et qui est toujours intacte. Bon appétit !

Le soir on a mangé dans ma famille (que je voyais donc pour la 1ère fois), où on a été servis comme des rois, avec des plats excellents, du vin et plein d’histoires sympas. On leur a demandé comment ils vivaient leur situation politique avec Berlusconi, et leur analyse est un peu désabusée. Mon cousin nous a expliqué que, pour nous montrer à quel point la situation est critique là bas, Berlusconi est en fait le seul à avoir un programme. Même si c’est un programme bidon, il redonne de l’espoir aux italiens en montrant qu’il veut faire bouger les choses. Et pour cette raison, ils sont prêts à lui pardonner ses « écarts ».

J’ai appris aussi qu’on plaisantait pas avec la magie noire. J’avais toujours entendu des histoires un peu chelou mais je pensais que c’était des trucs de grands-mères. Genre jeter un sort à quelqu’un qu’on aime pas en balançant un citron sous un de ses meubles. Au fur et à mesure que le citron pourrissait, la personne objet du sort pourrissait également. Sympa nan ? Idem, quand ma mère est née elle était très malade et parait-il que c’était le diable qui lui marchait sur le ventre, à cause d’un sort, tout ça. Donc ils sont allés voir une sorcière et poum papouf, après ça (et après une transfusion, accessoirement), miracle, bébé guéri ! Et donc en fait c’est encore très très très présent là bas. Ma tante à refusé d’en parler en disant qu’en gros, on sait jamais. Ok.

Ainsi s’est achevé notre séjour sicilien, de manière très agréable, et on est rentrés en France avec plein de souvenirs dans la tête et une meilleure compréhension de la société italienne/sicilienne. C’est un pays magnifique, vraiment n’hésitez pas.

Je vous dirais bien que je vais faire un article sur la bouffe là bas mais s’il met autant de temps à arriver que celui là…

Lulu

Publicités

A propos Lulu

J'aime : Lyon la musique mes sistas mes camarades de culture le Nutella et l'Ovomaltine Crunchy la rebel tooth de Matt Bellamy les expos d'art contemporain parce qu'on rigole bien les éditions "pour les nuls" préparer mes voyages le thermomix de ma maman J'aime pas : Avoir les cheveux mouillés me lever le matin pour aller au taff que Facebook s'estime propriétaire de moi Etre malade les cruches les imprimés léopard et les jupes en sky
Cet article a été publié dans Voyages. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Je suis sure que tu as quelque chose d'intéressant à dire :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s