Expo : John Cage/Erik Satie, La Monte Young et Marian Zazeela, George Brecht @ MAC de Lyon

Bon alors j’ai vachement hésité avant de parler de cette expo parce qu’il faut avouer que je ne m’y connais pas énormément en art contemporain et du coup, peut être qu’il y a pas mal de choses qui paraissent évidentes à des aficionados du genre et qui moi m’échappent complètement. Mais quand même, mes amis et moi-même sommes plus qu’unanimes à la sortie du MAC : nan mais sérieux c’est quoi ce truc ??

Ma camarade de culture et moi même avons pris la carte musées de Lyon, pour pouvoir aller gratuitement et à volonté dans 5 musées lyonnais. Et on aime bien le MAC parce qu’on comprend pas tout mais au moins on se marre. Du coup quand on a vu qu’il y avait une nouvelle expo, on avait hâte d’y aller. Comme prévu on connaissait absolument pas les artistes exposés mais on demandait qu’à découvrir tout ça. Au programme : John Cage qui rend hommage à Erik Satie, George Brecht, La Monte Yong et Marian Zazeela. Ca promet.

On arrive dans le hall du MAC et on voit un feu rouge et un feu vert, avec une pancarte à côté « Two durations : red/green » et un feu de signalisation à côté. Un peu plus loin, une radio avec une autre pancarte et en anglais « appuyer sur le bouton on. Dès que vous entendez un son, arrêtez la radio »…On se regarde et on se dit qu’on va kiffer.

(je tiens à dire que la radio s’appelle Muse. Moi j’dis ça…)

Et puis on arrive au 1er étage…une immense pièce blanche avec des murs tapissés de feuilles de papier jauni. Et au centre, 2 écrans qui diffusent un spectacle de danse contemporaine. On s’approche des murs pour lire ce qu’il y a sur des papiers. Quelques fois on trouve des ébauches de partitions. Quelques fois des gribouillons incompréhensibles. L’étage est ENTIEREMENT consacré à ça. Ok…Donc on se dit qu’on doit rater un truc et on lit la brochure.

John Cage est un compositeur, écrivain et « théoricien de la musique » américain. Pour vous donner une idée, son œuvre la plus célèbre est intitulée « 4’33 » et est jouée en l’absence délibérée du moindre son. Les musiciens qui présentent ce travail ne font rien, à part être présents pendant la durée de l’œuvre, soi 4.33 minutes. Alors attention, ce ne sont pas 4.33 min de silence, mais 4.33 min de sons de l’environnement entendu par le public pendant la performance. Voilà voilà…

Et donc notre ami Cage était un grand fan d’Erik Satie, un compositeur et pianiste français. Il a donc créé plusieurs œuvres dans lesquelles il lui rend hommage. Et ce sont donc ces œuvres qui sont actuellement exposées au MAC (d’après ce qu’on a compris, mais on a tellement pas compris grand chose que j’en suis même pas sure…).

Alors bon, ok c’est super difficile d’exposer la musique. Je veux bien le croire. Mais le but c’est quand même d’en apprendre sur l’artiste, d’entrer dans son univers et de tenter de le comprendre. Je suis pas certaine qu’exposer des bouts de parchemin avec 3 notes griffonnées dessus m’ait franchement aidée à comprendre l’artiste. Autant le dire clairement : je me suis grave fait chier. Heureusement, il y avait quelques citations de Satie, complètement perchées mais du coup assez marrantes. Mais c’est vraiment tout ce que j’ai retenu de ce 1er étage.

Au 2ème on trouve plusieurs salles : une avec plusieurs claviers, où chaque note produit un son différent. Il y avait des enfants qui jouaient avec et les sons étaient sympas. Aux murs, des photos de musiciens. Dans la 2ème salle d’énormes panneaux avec des citations de Satie. Et quelques bouquins. Il y avait des écouteurs, j’ai même pas eu le courage d’y aller.

Au 3ème étage, rien à voir. On entre dans une salle plongée dans l’obscurité. On nous demande d’enlever nos chaussures, on arrive sur de la moquette. L’espace est appelé « The Dream House » et est censé nous aider à la méditation, avec de l’encens et des sculptures chelou au mur. Ca aurait pu être un endroit super relaxant, s’il n’y avait pas ce sifflement permanent et assourdissant qui nous empêchait de nous concentrer. On doit cette salle à La Monte Yong et Marian Zazeela.

(On me demande de méditer, je médite).

On est redescendues complètement dépitées. Dans le hall, on a retrouvé les cartes « green light/red light » et on s’est penché dessus de plus près. Elles sont l’œuvre de George Brecht. On a découvert qu’en fait il y avait plein de petites cartes avec des énoncés. On comprend (parce qu’on nous explique) que c’est une sorte de jeu : l’artiste a posé les bases d’une œuvre qu’on doit créer en utilisant notre imagination. Exemple : « 3 états de l’eau : liquide, solide, vapeur ». A partir de cet énoncé, libre à vous de créer ce que vous voulez. Ca pour le coup c’était vachement sympa, et tous ces « events » comme il les appelle sont compilés dans une boite appelée le Water Yam. En gros c’est un Pictionnary pour les artistes perchés quoi. Mais ça a eu le mérite de nous faire réfléchir et de nous donner envie d’entrer dans le monde de Brecht.

(Sur le miroir il est écrit « Dieu ». Ma camarade de culture vous donne le mystère, moi je suis sympa, je vous file mon plus beau sourire)

Bref, comme vous avez pu le voir, je suis une grande fan de musique. Je suis ouverte à énormément de styles et je ne demande qu’à découvrir de nouvelles choses. Mais là…Je crois qu’avec Cage j’ai atteint la limite de mon ouverture d’esprit. Je n’ai absolument pas compris la démarche, le sens, le but de cette expo. Alors si quelqu’un passe par là, que lui comprend, vraiment j’aimerais qu’il m’explique parce que là j’ai vraiment l’impression d’avoir raté un truc et…Je suis perplexe !

Mais sinon, vous pouvez aller voir tout ça par vous-même, au Musée d’Art Contemporain de Lyon, jusqu’au 30 décembre 2012. Moi, j’espère vraiment que l’expo 2013 sera plus accessible (mais d’après ce que j’ai pu voir des artistes qui squattent le MAC à partir de février, je sens que ça va être bon).

Lulu

PS : ah oui je sais pas ce qui se passe ces derniers jours mais près d’une centaine de recherches google « nutella violet » on débarqué sur mon blog. Là encore, je suis perplexe. Quelqu’un m’explique d’où ça sort ? Et surtout pourquoi autant de gens le google ? Vous me faites foirer mes stats avec vos conneries !

Publicités

A propos Lulu

J'aime : Lyon la musique mes sistas mes camarades de culture le Nutella et l'Ovomaltine Crunchy la rebel tooth de Matt Bellamy les expos d'art contemporain parce qu'on rigole bien les éditions "pour les nuls" préparer mes voyages le thermomix de ma maman J'aime pas : Avoir les cheveux mouillés me lever le matin pour aller au taff que Facebook s'estime propriétaire de moi Etre malade les cruches les imprimés léopard et les jupes en sky
Cet article, publié dans Art, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Expo : John Cage/Erik Satie, La Monte Young et Marian Zazeela, George Brecht @ MAC de Lyon

  1. Lola dit :

    C’est de l’art contemporain, y’a rien à comprendre…^^

Je suis sure que tu as quelque chose d'intéressant à dire :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s