Mon top 10 : Muse

Bon alors en fait tout à l’heure j’étais en train de faire un brouillon de la playlist de la semaine 3 puisque je serai pas là ce weekend, et j’ai voulu mettre un live de Muse au Reading 2011. Donc je me suis dit « je vais mettre celle là. Ah y a celle là aussi. Oh et puis celle là !! ». Du coup bah j’ai décidé de faire un top 10 de mes chansons préférées de Muse. Et bah c’est vachement dur.

10) City of Delusion

Black Holes and Revelation est un album très varié. Peut être trop ? On a une impression de manque de cohésion parce qu’il renferme un maximum de styles en un minimum de temps. Et pourtant, chaque chanson est un bijou d’originalité. City of Delusion, avec ce rythme latin et sa guitare acoustique à la Chico et les Gipsy, m’a toujours emmenée en voyage. J’aime beaucoup la version live (que je n’aurai jamais) et la variation que Matt fait sur le refrain. « And I will aveeeeeeeeeeeeeenge ». Et puis la trompette ça claque.

9) Hysteria

On l’a entendue un millier de fois mais le riff de basse et le solo de guitare sont juste déments. Elle prend toute sa dimension en live et pour le coup porte très bien son nom. C’est la première chanson de Muse que j’ai réussi à « jouer » à la guitare en grattouillant des accords faciles parce que je suis nulle. Et c’est la première que j’ai acceptée de jouer devant quelqu’un.

(mon dieu mais le lab coat quoi…)

8) Muscle Museum

Là encore aucune chance de l’entendre en live, Matiou faisant semblant d’avoir perdu la pédale de sa guitare. Pour celle ci, je crois que ce sont surtout les paroles qui me parlent. Elles collaient parfaitement à ma vie (de merde) à une époque (de merde). « Can you see that I am needing, begging for so much more than you could ever give. And I don’t want you to adore me, don’t want you to ignore me when it pleases you ». Ca fait envie hein ?Parce qu’à l’époque Matt écrivait encore des chansons personnelles d’écorché vif, et que ça se ressentait autant dans les paroles que dans la mélodie. Aujourd’hui, il fait des chansons pour les JO, les temps changent.

7) Falling Away With You

Parce qu’elle est à juste à tomber par terre. Parce que je tuerais pour réussir à la jouer à la guitare. Parce que c’est la seule chanson d’Absolution qu’ils ont jamais faite en live, Matiou n’arrivant pas à concilier guitare et chant. Parce que j’en pleurerais tellement elle est belle. Parce qu’Absolution est un album merveilleux.

6) Showbiz

« Controlling my feelings far too long« . Elle tient en quelques mots et pourtant ils arrivent à faire passer une émotion d’une intensité incroyable. Elle va crescendo pour exploser dans un « they make me, make me scream your screams ». et puis le falsetto de Matt, auquel tout fan de Muse qui se respecte tient tant et se dit qu’heureusement qu’ils ont pas accepté de les supprimer sur Origin of Symmetry pour aller se prostituer aux States. Et puis bah tiens, celle là non plus on l’aura probablement plus jamais en live.

5) Butterflies & Hurricanes

Change everything you are, and everything you were. Je me rappelle avoir chiouné comme une gamine au Stade de France en 2010 en entendant les premières notes de B&H. D’ailleurs si certaines veulent se moquer, sachez que j’ai d’autres noms (je ne tomberai pas seule). Le titre est extrêmement bien choisi, l’intro me fait réellement penser aux battements d’ailes d’un papillon, et l’explosion rappelle vraiment un ouragan qui emporte tout sur son passage. Et parce que hurler « BEEEEST YOU’VE GOT TO BEEE THE BEEEEEEEST » avec 80 000 personnes, ça n’a pas de prix. Et puis bon, Matiou il est tellement beau quand il s’installe devant son Kawai…

4) Citizen Erased

L’intro me prend aux tripes dès la première note. J’ai rêvé de la voir en live, jusqu’à ce jour béni des Vieilles Charrues 2010, où ils nous l’ont offerte sous une pluie battante. La tempête l’a rendue encore plus mémorable, les temps apocalyptiques se prêtent vraiment bien à la musique de Muse. J’aime l’originalité et le contraste de cette chanson, entre riff dément et piano langoureux. Wash me away clean your body of me, erased all the memories, they only bring us pain. Ouais c’est beau mais c’est pas de moi.

3) Bliss

On arrive dans le trio de tête. Les 3 (les 4, même) sont presque interchangeables tellement j’ai eu du mal à les départager. Bliss me procure une émotion assez indescriptible, entre la joie et la mélancolie. Quand je les ai vus la 1ère fois à Dublin en 2008 j’ai crié comme une groupie de 14 ans en entendant les 1ères notes. La version live est différente de la version studio, notamment sur l’intro et le break. En rentrant en France, j’ai piqué la vidéo sur youtube, j’ai fermé les yeux pour que mes oreilles n’en perdent pas une miette, je me suis allongée et je l’ai écoutée en boucle pendant des heures. Good times.

2) Plug in Baby

C’est le premier « vrai » solo de guitare que j’ai réussi à faire (mais pas longtemps, aujourd’hui c’est même plus la peine que j’essaie), à m’en faire saigner les doigts. Je vous ai raconté comment j’étais tombée amoureuse de Muse ? NAN ?? Ok alors un beau jour d’avril 2008, j’avais 3h de train depuis Clermont Ferrand, où j’étais en Master 2, pour rentrer sur Lyon. Du coup j’ai téléchargé illégalement je me suis procuré HAARP, leur live à Wembley, parce qu’une de mes meilleures copines arrêtait pas de me bassiner avec ça. Donc j’ai regardé ça dans le train. Et je suis restée bloquée pendant 1h30, sans pouvoir détacher mes yeux de l’écran. A la fin du concert, encore sous le choc, j’ai remis Plug in Baby. Une fois. Deux fois. Trois fois. Cette chanson, encore plus que toutes les autres, m’a fait l’effet d’une tarte en pleine tronche. Le guitar hero qu’était Matt, l’impression que le stade tremblait à chaque refrain, la foule qui chantait encore plus fort que lui, cette sensation que tout allait s’écrouler sous le poids de la ferveur ambiante. Ce jour d’avril 2008, il faisait un temps de merde et le train était misérable (vous savez les vieux Corail avec les sièges en sky orange et les portiques en filet. On se serait cru en Inde), et je suis tombée raide dingue in love. En rentrant je me suis précipitée sur mon portable pour envoyer un texto à ma copine et pour lui dire à que je savais pas si je réussirais à m’en remettre un jour. 4 ans et demi plus tard, j’attends encore.

1) Knights of Cydonia

C’est LA chanson que j’attends quand je vais voir un concert de Muse (bon, j’attends aussi Can’t Take my Eyes Off You mais je suis réaliste). C’est la cerise sur le sundae, l’évènement qui clôt le live de malade qui vient de passer beaucoup trop vite. C’est cet instant où tu lèves le point en l’air et où tu hurles que no one’s gonna take you aliveC’est ce moment de pure folie quand Matt crie « COME ON!! » et que la fosse explose littéralement dans un immense mouvement de foule. Ce sont ces dernières 7.30 minutes pendant lesquelles tu lâches le peu d’énergie qu’il te reste avant qu’ils partent. C’est cette seconde où tu as envie de pleurer en essayant de réaliser que ce que tu viens de vivre était unique. C’est ça Muse.

Faut que je vous mette celui de Wembley parce que c ‘est le meilleur mais il y avait pas Man with the Harmonica au début donc bon :

Lulu

Edit : ceux qui ne sont pas pas passés loin : Dead Star, Space Dementia, Easily, Map of your Head, Apocalypse please, Time is Running Out, In Your World, Stockholm Syndrome. Et non, n’insistez pas, pas Microcuts.

Publicités

A propos Lulu

J'aime : Lyon la musique mes sistas mes camarades de culture le Nutella et l'Ovomaltine Crunchy la rebel tooth de Matt Bellamy les expos d'art contemporain parce qu'on rigole bien les éditions "pour les nuls" préparer mes voyages le thermomix de ma maman J'aime pas : Avoir les cheveux mouillés me lever le matin pour aller au taff que Facebook s'estime propriétaire de moi Etre malade les cruches les imprimés léopard et les jupes en sky
Cet article, publié dans Concerts, Musique, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Mon top 10 : Muse

  1. John S dit :

    Can never make my mind up about Muse. Got their albums, think they are superb live, but something about their grandiosity which stops me taking them too seriously. I think of them as Radiohead meets Queen, and when the latter wins out, I start to laugh…

    • Lulu dit :

      I can’t say I disagree with you, they’re so over the top that sometimes, even I wonder what the hell they’re doing. Like with their song for the Olympics (where I laughed. But not the good kind of laugh).

      But the thing about Muse is that I don’t think even they take themselves seriously! To me they’re still these boys from Teignmouth who play with big toys and have so much fun with them. They’re completly in their world, and I really want to be part of it. Radiohead, on the other hand, take music too seriously for me, and maybe I don’t like it (even if I really love some of their songs).

      I fell in love with Muse by seing them live and their shows are the main reason why I love them (and the fact that they’re really funny and close to their fans). But I get why a lot of people don’t like them or have a weird feeling about their music. They ARE weird :-)

Je suis sure que tu as quelque chose d'intéressant à dire :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s