Banane dorée et parpaing, les Awards de la Looze

Les remises de prix, c’est un moment de grâce, le top du glamour, THE place to be, le bal de promo des stars.

Les meufs ont passé trois jours à se préparer : manucure, pédicure, esthéticienne, coiffeur, make up, styliste etc. (et avec tout ce personnel, on en trouve quand même qui sont habillées comme des sacs. Je peux proposer mes services pour licencier des gens, je sais faire). Les mecs ont acheté des capotes, des tic tac et ont sorti le costard Armani. Tout ça au cas où ils auraient l’immense honneur, que dis-je, le privilège, de gagner un presse papier super laid et de pouvoir venir se la râcler sur scène, chialer un coup et remercier leur mère sans qui rien de tout ça n’aurait été possible. Et puis s’ils peuvent pécho aussi, ce sera pas de refus.

Ouais sauf que non. Toutes les remises de prix ne sont pas aussi classes que les Oscars ou les Grammys. Il y a aussi des awards de la looze. Ceux pour lesquels on ne veut surtout pas être nommé et où il vaut mieux avoir BEAUCOUP d’humour et ENORMEMENT d’auto-dérision. Et en général, ce ne sont pas les principaux traits de caractère des personnes visées.

Et j’avoue, les awards de la looze me font clairement plus marrer que les remises de prix standard. C’est toujours plus fun de se moquer d’une bouse que de saluer la classe internationale de Charlize Theron (sans déconner il faut interdire ce genre de nanas hein. Belle, intelligente ET drôle, elle peut pas nous en laisser un peu cette garce ?) ou de Jean Dujardin. Peut être une sorte de plaisir sadique à voir ces gens qui sont tout en haut redescendre sur terre à la vitesse de la lumière.

Ca tombe bien, en France, on a de quoi faire :

On se souvient tous de la pub pour Banania, ce tirailleur sénégalais un peu demeuré et qui avait une syntaxe plus que douteuse, son « Y’a bon Banania ! » étant devenu le slogan de la marque de cacao. Noir donc illettré, normal quoi.

Du coup, quand les Indivisibles on souhaité frapper fort pour faire avancer la lutte contre le racisme, ils ont tout naturellement créé les Y’a Bon Awards, en hommage à ce sumum du cliché raciste.

Les Y’a Bon Awards « récompensent » les pires racistes de l’année. Une manière de montrer du doigt avec humour ces perles, mais de quand même montrer du doigt. Quand même.

En 2012, parmi les prix, a notamment été récompensée Sylvie PIERRE-BROSSOLETTE, rédactrice en chef au Point : À propos de l’affaire Dominique Strauss-Kahn « Quelle image donnons-nous au monde quand les télévisions de la planète entière montrent un prestigieux Français pénétrer dans le tribunal de New York, piteux, mal rasé et toujours menotté, pas mieux traité que les malfrats de couleur déférés avant et après lui devant le juge ? C’est ravageur » – Article publié le 19/05/2011 sur le site du Point.fr. Pauvre Domi.

Ils ont également décerné une banane dorée à l’UMP pour l’ensemble de son oeuvre pendant 5 ans, et c’est bien aimable. Entre les auvergnats d’Hortefeux et la collection de Miles d’Eric Besson, il était difficile de n’en récompenser qu’un. On leur devait donc bien un prix d’honneur.

Le Festival International du Film Chiant :

Non non, je ne vient pas de l’inventer, c’est le vrai pitch du Festival International du Film Chiant qui s’est tenu à Marseille en avril dernier.

Bon, sous ses airs de festival de la looze, cet évènement entend récompenser, de manière totalement assumée, les films qui n’entrent pas dans les cases standards du cinéma mais qui mériteraient tout de même qu’on s’y arrête (ou pas hein). Le site est très bien fait d’ailleurs, avec pour chaque film en compétition les éléments qui font qu’il est chiant :

« pas de son, pas de couleurs, improvisation musicale et psychédélisme » ou encore « longueur, aucune action, thème historique, pays communiste, âge du personnage principal ». Un film chinois de plus de 3h sur une nana qui marche, un film danois muet, ils les vendent bien hein ? Si avec ça on a envie d’aller voir les films, c’est qu’on est maso ou fou. Je ne vois pas d’autre explication.

Ce prix récompense les sites internet pourris : les couleurs criardes, les gifs de chats entourés de strass, de la musique larmoyante ou agressive, les mecs qui se prennent pour des bogoss, bref du bonheur pour ceux qui aiment se moquer.

Il y a plusieurs catégories, je vous invite à visiter leur site, vous pouvez soumettre des sites que vous voudriez voir nommés (par pitié ne mettez pas le mien sinon je me petit-suisside). Les sites de service public font particulièrement peur à voir, on sait déjà que c’est pas dans le web design que partent nos impôts.

Et enfin last but not least :

Les Gérard du cinéma sont devenus au fil des années une institution. Non seulement parce que l’idée de récompenser les bouses du cinéma français c’est quand même vachement marrant (bon le concept a été piqué aux Razzies américains mais on l’a fait à notre sauce et c’est vachement mieux chez nous, en toute objectivité), mais en plus parce que les noms des catégories sont à mourir de rire.

Et la cuvée 2012 s’annonce particulièrement savoureuse :

-Le Gérard de l’acteur culte qui tournait dans des bons films. Et puis, un jour visiblement, ça l’a fait chier
-Le Gérard du film avec des malades, des handicapés, des béquilles, des brancards, des fauteuils roulants, de l’Actifed, du Voltarène, du Primpéran, des bilans sanguins, des feuilles de remboursement, des courbes de température et des plateaux-repas avec de la macédoine tiède. Et un petit suisse.
-Le Gérard du membre de duo qui l’a dans le cul
-Le Jérar du film tro golri :))) ROTFLOL !!!!!! XDDDD !!!!!!!!!! fo tro k jaille le voir av les soss, pke jkiff tro c jore de film c tro bi1 !!! MDRRRRR ma louloutte jte kiff kissoukissou !!!

Et bien sûr le cultissime « Gérard de l’actrice qui bénéficie le mieux des réseaux de son mari », attribué tous les ans à Arielle Dombasle.

Pour la liste complète des catégories, c’est par ici.

La remise des prix a lieu lundi prochain en direct sur Paris Premiere, je vais prier pour que ma télé fonctionne parce que je pense qu’on peut rire, et puis franchement, les parpaings, ça fait très art déco dans un salon.

Lulu

Publicités

A propos Lulu

J'aime : Lyon la musique mes sistas mes camarades de culture le Nutella et l'Ovomaltine Crunchy la rebel tooth de Matt Bellamy les expos d'art contemporain parce qu'on rigole bien les éditions "pour les nuls" préparer mes voyages le thermomix de ma maman J'aime pas : Avoir les cheveux mouillés me lever le matin pour aller au taff que Facebook s'estime propriétaire de moi Etre malade les cruches les imprimés léopard et les jupes en sky
Cet article, publié dans Cinéma, Medias, Politique, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Banane dorée et parpaing, les Awards de la Looze

  1. Mary dit :

    Paris première c’est le TNT ça? si oui on se donne rv place de msn, 22h30?

    • LuluRou dit :

      Je sais pas si c’est la tnt, je crois que je l’avais pas avant d’avoir la Neuf Box. Ptêt que c’est suivable sur le net. Mais oui je suis là lundi soir normalement, it’s a date !

Je suis sure que tu as quelque chose d'intéressant à dire :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s